Pourquoi la France et les États-Unis veulent subitement une «réponse forte et commune» en Syrie