DEMANDE DE DIVORCE DU COUPLE GBAGBO : MADAME SIMONE GBAGBO DEMENT L’INFORMATION

L’ex-première Dame de la Côte d’Ivoire, l’ex-Député de la commune d’Abobo, Madame Simone Ehivet GBAGBO, s’était prêtée aux questions de notre confrère César Etou du journal la Voie Originale.

l’objectif était de savoir si oui ou non, le président Laurent Gbagbo acquitté par la CPI et qui se trouve en Belgique en détention conditionnel a belle et bien demandé officiellement le divorce avec son épouse Simone comme l’avait affirmé un journal en ligne ivoirien.

La réponse de la première vice présidente du FPI est sans ambiguïté « Ah, peut être qu’il existe deux Simone Ehivet Gbagbo à Abidjan de nos jours. Sinon, moi je n’ai encore reçu ni papier, ni huissier, encore moins d’avocat sur un tel sujet ». En terme clair, Madame Simone Gbagbo dément avec force cette nouvelle polémique qui enflamme la toile depuis hier 24 Février 2019.

Selon des observateurs, cette information vise à distraire la scène politique ivoirienne à un moment ou le gouvernement fait face à de graves troubles sociaux comme la grève des enseignants. Plus encore, depuis l’acquittement de Laurent Gbagbo, une nouvelle campagne de diabolisation à vu le jour. Elle a consisté dire au monde  à travers plusieurs presses nationales et internationales que l’ex président de la république de la Côte d’Ivoire Monsieur Laurent Gbagbo vivrait en Belgique avec sa « seconde épouse ». 

Après l’échec du procureur de la CPI et le pouvoir ivoirien de le faire condamner pour des crimes qu’il n’a pas commis, la nouvelle trouvaille se tourne vers la diabolisation de l’homme pour le brandir comme un homme à femme, un infidèle qu’il faut déstabiliser en touchant cette fois-ci à sa cellule familiale.

De sources concordantes, le président Laurent Gbagbo vie dans le sud de la Belgique sans son fils et sans la mère de son fils eux-mêmes réfugiés politiques dans ce pays de l’Union européenne. Le Scénario que tente de mettre en place les ennemis la Côte d’Ivoire est simplement de favoriser la cassure du Front Populaire ce puissants parti qui a résisté au tourbillon de la Ouattari en faisant exploser l’appareil politique par les deux membres fondateurs les plus en vue de ce parti. Les instigateurs de ce nouveau coup n’ont pas cherché loin, le cas Winnie et Nelson Mandela les a mal inspiré car Simone Ehivet n’est pas Winnie et Gbagbo n’est pas Mandela. 

Ossey Hélène@ivoire114