CÔTE D’IVOIRE : DANGER SUR LA NATIONALITE

 L’identité ivoirienne serait elle menacée?

Cette question en apparence banale ne cesse de faire son bout de chemin dans l’esprit des ivoiriens devenus anxieux depuis l’accession à la présidence par le Docteur Alassane OUATTARA depuis Avril 2011.

Pour une population étrangère officielle estimée à  plus de 20 pour cent lors du dernier recensement général de la population et de l’habitat, la population étrangère actuelle en côte d’ivoire reste un véritable mystère et un réel problème pour la sûreté nationale. 

Pour comprendre l’enjeu du problème, il faut remonter aux années 2002, aux premières heures de la rébellion armée dirigée par Soro Guillaume. 

En effet,  l’attaque systématique de l’état civil, la destruction immédiate des extraits de naissance et tous les documents administratifs dans les préfectures, sous-préfectures, les Mairies, visaient un seul but. Rendre les ivoiriens sans papier sur leur territoire et favoriser la distribution des papiers aux combattants étrangers. 

Le reste se passe de commentaires. Après le 11 avril 2011, des vagues innombrables de camions avaient convoyé dans les forêts de l’ouest ivoirien des milliers de ressortissants Burkinabè. Aussi, parlant des immigrés clandestins qui déferlent sur l’Europe, Monsieur le président Alassane OUATTARA avait reconnu que tous ceux qui débarquaient en Europe n’étaient pas de véritables ivoiriens et qu’ils avaient pour la plus part usurpé de l’identité. 

Pour les ivoiriens,  cette politique servirait à constituer un bétail électoral pour le parti au pouvoir. Autrement dit, le pays serait dirigé pour le bonheur des étrangers. C’est le sentiment général des ivoiriens qui se voient frapper du sceau du rattrapage ethnique exacerbé. 

2020 approche à grand pas et le pays semble inévitablement plonger dans un climat anxiogène ou les politiques,  les opposants attirent chaque jours la vigilance du pouvoir sur la question identitaire. 

Tout compte fait, dans ce pays, la question de la l’appartenance à la communauté nationale en tant que ivoirien est tellement problématique que parler d’étrangers est perçue par le pouvoir comme un crime.

Ossey Hélène @ivoire114

 

LIRE AUSSI

 

ODETTE LOROUGNON:

La Côte d’Ivoire est en train d’échapper aux ivoiriens(…) Avant, quand nous étions à l’école primaire, ton papa dépose d’abord ton Extrait de Naissance avec lequel tu es inscrit . Aujourd’hui, on nous invente des enfants apatrides. Ils n’ont pas d’Extrait de Naissance, A Ayama six cent milles en ont reçu en présence de Kandia Camara et Madame Ouattara .

On veut nous faire avaler cette couleuvre. Les enfants qui n’ont pas d’extrait de naissance et qui sont en âge de passer le CEPE, pourquoi ? Ça n’existe pas ,c’est impossible .

Les apatrides c’est qui ? On dit ce sont des gens qui n’ont pas de pays, ou qui ne savent pas d’où ils viennent . Mais qui ne sait pas d’où il vient ? Ça n’existe pas . Il n’y a pas d’apatride . Je le répète , il, n’y a pas d’apatrides ! Sauf que il y a un gouvernement qui est venu par la force et qui pense qu’il peut fabriquer de nouveaux ivoiriens . Et mettre les ivoiriens de côté , donc on brade la nationalité . Notre nationalité est bradée aujourd’hui, en donnant des extraits,gratuits à des enfants qu’on ne sait d’où ils viennent . D’où viennent-ils ces milliers d’enfants à qui on distribue des extraits de naissance ? D’où ,ils viennent et puis ils n’ont pas d’Extrait de Naissance ?

Voilà un des problèmes de la Côte d’Ivoire .

Ça veut dire que le fameux plan commun , c’est Monsieur Ouattara qui en avait . Ce plan commun , était d’arracher la Côte d’Ivoire aux ivoiriens , et c’est pour ça qu’ils ont peur que le président GBAGBO rentre , car il est le seul qui peut mettre fin à tout ça . Ils ont inventé que c’est Laurent GBAGBO qui avait un plan commun ,c’est faux .

Après les Extraits , il y’a les Cartes Nationales d’identité(CNI) . Laurent GBAGBO malgré la crise où la grande partie du pays était aux mains de la rébellion , a donné gratuitement les CNI , parce qu’il pense que c’est un droit pour chaque l’ivoirien d’avoir sa pièce .

On ne peut pas l’avoir avec les étrangers. Les gens ont peur du mot étranger .On ne doit pas avoir peur du mot étranger . L’étranger il se trouve dans chaque pays .Quand tu connaîs ta place , on ne te répète pas tous les jours que tu es un étranger . L’étranger doit connaître sa place .

Quand tu es étrangers , tu n’es pas concerné par notre CNI, par nos élections , par notre nationalité . L’étranger qui ne connaît pas sa place , on doit lui montrer sa place . Nous luttons pour nos et nos petits enfants . Nous devons leur laisser un pays libre . C’est pourquoi nous n’allons pas avoir peur de Monsieur Ouattara.

 

NB : LE TITRE EST DE LA RÉDACTION.