DJ ARAFAT EST MORT – VICTIME DU RATTRAPAGE ETHNIQUE?.

La Côte d’ivoire a été secouée dans la journée du lundi 12 Août 2019 par la terrible annonce sur les réseaux sociaux du décès du mega artiste musicien Dj ARAFAT. 

Dans la nuit du dimanche à lundi 11 Aout 2019, la vedette du coupé décalé, une musique en Vogue dans le show biz africain s’est donné rendez-vous avec ses amis comme d’habitude pour une partie de parade de moto comme il aime le faire. C’est pendant cette parade que l’artiste a eu un accident mortel qui a conduit à  son décès le lendemain vers 11 heures,  heures locales. 

Le monde musical africain est sous le choc. Les « chinois » nom qu’il  a affectueusement donné à son fan club sont inconsolables. Abidjan a stoppé net de respirer. La douleur est grande et très forte. La mobilisation instantanée devant la clinique qui l’avait accueilli pour ses premiers soins puis devant son domicile à  l’annonce de son décès témoigne de la popularité de l’artiste né d’un père et d’une mère eux-mêmes artistes musiciens. 

Comme le disent les musulmans  » c’est Dieu qui a donné, c’est Dieu qui a repris « . Que Dj ARAFAT repose en paix. 

Au delà de nos douleurs, de nombreux questions restent à poser pour comprendre pourquoi les secours ont mis tant de temps pour intervenir. 

En effet, le SAMU et les Sapeurs-pompiers ont mis énormément de temps pour intervenir. 

Le 11 Août 2019 était le jour de la Tabasky, une fête religieuse musulmane. Comment ces deux institutions ont-elles organisé leur service afin de venir aux secours de la population en cas de détresse ? 

Ce n’est un secret pour personne encore moins pour les ivoiriens de savoir que le rattrapage ethnique a permis au pouvoir en place d’intégrer de façon quasi majoritairement dans les forces militaires et paramilitaires le groupe ethnique du Nord de la côte d’ivoire. Aussi, à l’image de la paralysie des transports urbains et inter urbains pendant les jours de fêtes religieuses musulmanes, les institutions comme le SAMU et les Sapeurs-pompiers fonctionnement au ralenti pour le grand malheur de la population. 

Pour un pays qui se veut émergeant, la réaction et la promptitude de ces deux services est fortement demandé par le peuple afin de préserver les vies humaines. 

OSSEY HÉLÈNE@IVOIRE114.