URGENT – CÔTE D’IVOIRE : PROLIFÉRATION DE L’ORPAILLAGE DANS LA REGION ATTIE.

Dans un récent article publié sur la toile, nous nous sommes évertués à exhorter tout un chacun sur le fléau de l’orpaillage qui, si on n’y prend garde risque de prendre de l’ampleur et avoir des répercussions néfastes sur des zones déjà identifiés par les exploitants Illégaux ou légaux mais aussi non encore exploitées.

Il n’a pas fallu longtemps pour que nos inquiétudes prennent formes. Apres informations recueillies sur site, la ville d’Affery serait en proie de devenir un eldorado de l’or. 

Selon nos sources, une délégation se serait présentée au Maire de la commune, Mr Béda Celaire et aux autorités administratives et coutumières, l’informant de leur désir de s’établir dans la localité en vue de procéder à la prospection de l’or. Les prospecteurs auraient montré des documents leur donnant le droit d’exercer l’activité de prospection dans la région.

Toujours, selon nos sources, la délégation serait constituée de Maliens et d’ivoiriens travaillant pour le compte d’une société Chinoise. Les sites de prospection ainsi identifiés par la délégation sont situés aux trois coins de la région : Asseudji, Mpokoi et sur la voix reliant Affery à Adzopé le chef-lieu de région. 

Pourquoi la zone d’Affery ? A-t-on déjà découvert un gisement d’or en ces lieux précédemment ? 

Affery est une localité du sud de la Côte d’Ivoire située dans la Région de La Mé, dans le District des Lagunes et dans le département d’Akoupé. La localité d’Affery est chef-lieu de commune (Coordonnées 6° 19′ 01″ nord, 3° 58′ 01″ ouest).

La question que l’on peut être amener à se poser, pourquoi précisément Affery ? Ce que la population ignore et doit savoir c’est que la prospection est la première étape de l’extraction de l’or. Selon une étude, dans les mines artisanales, elle est faite par des prospecteurs. La recherche se fait le plus souvent par des observations de la zone par des anciens (orpailleurs expérimentés). Elle consiste à trouver un indicateur attestant de la présence de l’or sur le site. Après la découverte de cet indicateur, un test d’extraction est fait sur une profondeur de 0.5 – 1 m pour avoir une idée de la quantité d’or qui peut être présente. Cette quantité détermine si la zone est exploitable ou non. 

A ce stade du projet rien ne laisse pressentir un quelconque problème.

De plus, les prospecteurs, une fois en face de la population vont mettre en avant le gain et le profit, en sommes les avantages économiques et financiers pour la région. Malheureusement, l’aspect négatif d’une telle activité sur la population et l’environnement ne sera que superflu aux yeux des prospecteurs.

Cependant, une fois l’or découvert et confirmé, l’information va se propager rapidement. De bouche à oreille et, surtout par le biais de la radio locale. Les informations sur l’orpaillage vont suivre cette procédure pour arriver dans chaque concession et chaque oreille. Cela risque de favoriser surtout la propagation des prétendus gains importants dans la ville.

Le centre d’intérêt des populations étant désormais tourné vers l’orpaillage, ils adoptent des attitudes nouvelles vis-à-vis des travaux de champ occasionnant :

  • Une baisse drastique de la production agricole tant au niveau des produits vivriers que pour les produits industriels tels que le café et le Cacao
  • Un abandon de certains champs, voire même l’arrêt de toute activité agricole dans la commune.

Notons par ailleurs que, l’installation d’une société légalement constituée, et autorisée par les instances minières, est une porte ouverte aux installations anarchiques pour les orpailleurs clandestins. Ce fléau non encore maitrisé par le gouvernement risque d’avoir des répercutions négatives tant sur le plan social, environnemental que sécuritaire sur la commune d’Affery.

Hormis le fait que l’orpaillage occasionne d’énormes pertes pour les pays où il se développe du fait de la contrebande, l’activité est un nid à problèmes. « Les risques de corruption, fausses déclarations, blanchiment d’argent et non-paiement des taxes, ainsi que le développement de pratiques contraires aux droits humains, comme le travail des enfants, la prostitution et les violences sexuelles, ainsi que le travail forcé, figurent parmi les vulnérabilités observées dans le secteur », souligne le rapport de l’OCDE. On peut y ajouter le fait que ces lieux pourraient servir de cache d’armes dans ce pays où la sécurité pose déjà d’énormes problèmes. 

La population d’Affery a fortement pris conscience des dangers de l’orpaillage et a dit non le 7 Août 2019 lors des manifestations de la fête de l’indépendance. Leur slogan  » Affery n’est pas construit avec l’argent de l’or ». Un exemple à suivre ? 

Face aux réalités que présente l’exploitation artisanale de l’or, les acteurs potentiels que sont les orpailleurs, les chefs coutumiers, la population riveraine, sans oublier les décideurs doivent œuvrer pour une bonne organisation de cette activité afin d’atténuer et prévenir les populations sur les incidences néfastes sur l’homme et son environnement, ses avantages ne devant pas conduire à perdre de vue les conséquences graves d’une telle activité (pollution des cours d’eau, destructions la forêt….). La mise en place d’une plateforme d’innovation pour l’activité aurifère est donc envisageable afin que tous les acteurs concernés par cette activité y compris la population puissent en tirer profit et sauvegarder l’environnement. Ceci est le gage d’un développement durable du secteur aurifère. En attendant ce moment, l’état de côte d’ivoire qui visiblement ne tire pas grands  profits de ce type d’activité devrait protéger sa population et sauvegarder son environnement, au moment où partout dans le monde les dirigeants mettent un accent particulier sur l’écologie. 

 

Samantha A  Desmond