DJ ARAFAT : UNE MORT PRÉCOCE – QUI EST L’HOMME?


La nouvelle est tombée, ce lundi 12 aout 2019, comme un coup de massue pour le monde de la musique. Arafat DJ est mort des suites d’un accident de la circulation survenu dans la nuit de dimanche 11 à lundi 12 aout 2019. Le chanteur ivoirien, était âgé de 33 ans.

Transporté inconscient à l’hôpital, le chanteur ne survit pas à ses blessures et c’est la Radio-Télévision Ivoirienne ainsi que le ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman, qui l’annoncent officiellement à la mi-journée ce lundi 12. 

À l’annonce de son accident, les fans « les chinois » s’étaient réunis autour de la polyclinique des Deux-plateaux à Abidjan, où le chanteur était hospitalisé. La confirmation de sa mort a entraîné une déferlante d’hommages sur les réseaux sociaux, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Qui est Arafat DJ ?

De son vrai nom Ange Didier Houon alias DJ Arafat, parfois appelé Yôrôbô, Commandant Zabra, anciennement Sao Tao le Dictateur et aussi surnommé Le Roi du Coupé-décalé, est né le 26 janvier 1986 à Yopougon, dans le milieu de la musique d’une mère artiste chanteuse Tina Glamour (aussi appelé Tina Spencer), et d’un père Pierre Houon « Wompi », ingénieur du son réputé. 

Il tient son surnom de ses nombreux amis Libanais vivant en Côte d’Ivoire, qui ne cessaient de le comparer à Yasser Arafat, l’ancien dirigeant du Fatah et de l’organisation de libération de la Palestine, au regard de son tempérament. Arafat est d’ethnie Guéré de son père et Bété de sa mère.

Il a commencé sa carrière dans l’un des plus grands maquis abidjanais le Shangaï de la rue princesse, à Yopougon avant de s’installer solidement sur la scène ivoirienne et internationale. En effet, il fut repéré par le producteur Roland Le Binguiste qui l’emmène en studio. Il sort une œuvre discographique qui le révèle au grand public grâce au morceau Hommage à Jonathan en 2003 dont une partie du clip a été réalisé au Parc des Sports de Treichville avec la présence de Douk Saga et Mulukuku DJ. Il a été hissé au sommet de son art par la jeunesse ivoirienne (« les chinois ») qui l’a adopté 

En 2012, DJ Arafat reçoit deux prix : celui du meilleur artiste africain de l’année et celui du meilleur artiste masculin de l’Afrique de l’Ouest au Kora Awards. Un sacre qui le positionne comme un ambassadeur de la musique africaine dans le monde. 

Parmi ses tubes, on peut retenir « Kpangor » (2005), « Zoropoto » (2011), « Enfant Béni » (2018). Son dernier single s’intitulait « Moto moto ». Il est considéré à l’extérieur de la Côte d’Ivoire comme l’ambassadeur du coupé-décalé, suivi par Serge Beynaud, qu’il considère comme un rival.

Une vie controversée et souvent à scandale

Il faisait le buzz, il fallait toujours qu’on parle de lui, il a toujours voulu être à la page.

Le nom de DJ Arafat est souvent au centre de nombreuses polémiques. Il est connu pour ses multiples dérives dans le milieu musical ivoirien, notamment avec Serge Beynaud, et beaucoup d’autres artistes du coupé décalé dont Kedjevara, Jessy Matador, DJ Lewis ou encore Dj Rodrigue.

En 2011, une vidéo affichant DJ Arafat en état d’ivresse et portant main sur son ex-compagne Alexia Vody Josephine Zeplenou. Il accuse la jeune fille de l’avoir trompé avec son seul sponsor Jean-Olivier Akoun. La vidéo montre la star du coupé décalé, cassant une assiette sur la tête d’Alexia Vody. Ce qui a suscité des réactions vives de plusieurs associations pour le droit des femmes. La vidéo aurait été publiée par son ex-ami Tya Vuitton, avec qui il était en discorde. Aucune plainte n’a cependant pas été déposée par la jeune Alicia.

A Paris en début d’année 2014, au cours d’une émission radio à la station Africa N° 1, il affirme : « le métro c’est pour les pauvres ». Cette énième réaction à susciter une polémique au sein de nombreux internautes, avec en tête de file le bloggeur Johny Patcheko, l’interpellent sur les réseaux sociaux en l’accusant de mépris envers les moins riches, qui composent par ailleurs une grande partie de son public. 

Plusieurs autres dérapages sont à mettre à l’actifs de DJ Arafat, entre autres ses prises de bec répétées avec sa mère, la traitant de tous les noms, et elle, le maudissant avec pour vecteur de disputes les réseau sociaux. Le premier reprochant à  sa mère son manque d’amour pour lui ce qui l’a fait passer une mauvaise enfance. La deuxième, un manque de reconnaissance de son fils devenu une star de la musique et qui ne s’occuperait pas de sa mère. Bref, une saga de famille d’artistes. 

SERGE – ARAFAT : deux cousins, deux grands de la musique ivoirienne.

En début d’année 2014, DJ Arafat met en ligne sur Facebook une vidéo où il clash Serge Beynaud en le traitant de « pédé ». Une vidéo parsemée d’injures homosexuels, où il explique que Serge Beynaud serait l’amant de son producteur David Monsoh

Cependant, malgré toutes ses sorties controversées, DJ Arafat estime que les affrontements et les rivalités seraient pour lui une source d’inspiration et de challenge qui incite à produire le meilleur de ses capacités. Invité à l’émission à succès dénommé C’Midi sur RTI le mercredi 26 novembre 2014, le Disc-jockey, atteste que son triomphe lui vient des clashs, et qu’il aime provoquer ses « camarades » afin de les « amener à travailler en les poussant dans leur retranchement ». 

Quoi qu’il en soit, l’artiste a  toujours su faire un revirement à 360 degrés et demander pardon à  ses adversaires toujours sur les réseaux sociaux en expliquant les tenants et les aboutissants de ses coups de gueule aux « chinois  » qu’il dit respecter et écouter. Il sait Allier orgueille et humilité. Sur le plan de l’utilisation des réseaux sociaux, Dj ARAFAT est comparable au président américain Donald Trump. Ils les nourrissent et les font vivre. 

Adieu l’artiste

Décédé des suites de ses blessures d’une fracture du crâne et d’un œdème, à la suite d’un accident de la circulation. Selon les informations recueillies, il conduisait une moto dans le quartier d’Angré, avant de violemment percuter la voiture d’une journaliste de Radio Côte d’Ivoire. Triste ironie du sort, son dernier single, qui bat des records sur YouTube avec 4,5 millions de vues depuis sa sortie en mai dernier, s’intitule « Moto-Moto »

A’salfo, le leader du groupe Magic System, avec que le yorobo avait récemment accusé dans une vidéo de boycotter sa carrière musicale, regrette sa disparition sur la scène de la musique ivoirienne et internationale « Le petit est parti. Il a vécu comme une étoile filante. Nous sommes tous effondrés. Dans le style du Zouglou, à l’international, il y a Magic System. Pour le coupe-décalé, c’était DJ Arafat… C’est une grande perte pour la musique ivoirienne », a-t-il confié à Jeune Afrique. Beaucoup d’autres star, notamment Bebi Philip, ancien arrangeur de DJ Arafat, s’est dit « très touché », auprès de l’AFP. le footballeur Didier Drogba a posté une photo du chanteur, qui était « un grand amateur de ballon rond, avec un cœur » sur Twitter. 

Selon le site d’information continue ivoirien Alerte Info, des centaines de fans étaient rassemblés dans la soirée près du domicile de la star défunte pour lui rendre hommage, reprenant en chœur ses tubes.

Le fils de Houon ne se produira plus sur scène, il nous a quitté, laissant derrière lui cinq enfants, trois fils (Owen, Mael et Ezekiel) et deux filles (Lachoina et Rafna encore nourrisson). 

DJ Arafat sera inhumé le 31 août 2019. Le programme, la date et le lieu des obsèques

ADIEU Yorobo, tous les « chinois » te pleurent ! Que ton âme repose en paix !

Samanta A Desmond Correspondant ivoire114