COTE D’IVOIRE : MOBILISATION GÉNÉRALE POUR LA RÉCONCILIATION NATIONALE – LE FPI A L’ASSAUT DU PAYS

Michel Gbagbo, Secrétaire Général Adjoint du Front Populaire Ivoirien (FPI) chargé de la politique pénitentiaire était face à la population de San-Pedro ce week-end lors d’un meeting qu’il a animé.

Selon les informations recueillies sur 2cminfo.net, il a fait savoir que le parti qu’il représente n’était nullement encré dans une haine, et exhorte le parti au pouvoir à garder sa sérénité et à ne pas céder à la panique en divulguant de mauvaises allégations de haines et de tribalisme sur le parti. « N’ayez pas peur, nous n’allons pas nous venger » et d’ajouter, « Le FPI est un parti de paix ».

Il a aussi souligné que la vengeance n’était pas au menu de la stratégie politique du parti et en aucun moment, le FPI de Laurent Gbagbo n’envisage une quelconque représailles s’il venait à reprendre le pouvoir « Les gens se font peur pour rien. Ils ont emprisonné, volé et tué les Ivoiriens. Ils pensent que les Ivoiriens vont se venger. Mais non. Moi Michel Gbagbo, j’ai un cœur blanc tout comme le président Laurent Gbagbo. On leur demande la démocratie, ils nous emmènent la guerre. Le FPI n’est pas un parti de guerre mais de dialogue et de paix. Nous aimons la Côte d’Ivoire et notre alliance aujourd’hui avec le PDCI-RDA est une alliance pour sauver le pays », a martelé Michel Gbagbo.

Une alliance forte qui effectivement, fait peur au régime Ouattara d’autant plus qu’une campagne de dénigrement a été lancé par le parti au pouvoir pour empêcher et même diaboliser cette union. Traitant le PDCI de « parti immature ».

Il a par la suite adressé ce message fort à la population « Tout ce qu’ils sont en train de faire est inutile. Nous savons une seule chose : le président Laurent Gbagbo sera bientôt parmi nous. Leurs témoins n’ont rien prouvé à la Haye qui peut le condamner. Le président arrive. Il a un cœur blanc et il aime l’homme plus que l’argent. Il a connu des souffrances. Je n’avais même pas 2 ans quand ma maman et moi avions été obligés de quitter la Côte d’Ivoire. Le président lui a connu l’exil, la prison sous Houphouët-Boigny. Mais une fois au pouvoir en 2000, il a cherché à organiser le forum de la réconciliation nationale et non se venger. Il a travaillé avec tous les fils et filles du pays selon leur mérite sans haine et sans esprit de vengeance ».

Le secrétaire général adjoint du FPI chargé de la politique pénitentiaire, tendance pro-Gbagbo, et fils de l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo fait savoir une fois de plus que son parti est un parti politique de paix et de démocratie. Le parti l’a mainte fois prouvé sans jamais utiliser les armes pour accéder à la magistrature suprême « Nous allons faire notre part celui d’être sur le terrain politique et Dieu fera le reste pour que nous parvenons à la magistrature suprême du pays ».

Samantha A Desmond Correspondant ivoire114