LE PRÉSIDENT FRANÇAIS EMMANUEL MACRON EN CÔTE D’IVOIRE : APRÈS SON COUP DE ‘’NOTRE-DAME’’, MACRON A L’ASSAUT DU F.CFA OU L’ECO ?

BIENVENUE A MACRON EN CÔTE D’IVOIRE…

Au moment où les Ivoiriens méditent dans l’anxiété sur ce qui pourrait leur arriver en cette fin d’année, en se souvenant du coup d’État d’un certain « papa Noël » du 24 décembre 1999, au regard du contexte sociopolitique des plus délétères et tendus qui prévaut présentement dans le pays ;
Alors que depuis plusieurs mois la société française est profondément perturbée par une « révolte des Gilets jaunes », qui ont passé le relais il y a deux semaines aux syndicats rejetant la réforme des retraites, cette dernière crise paralysant en ce moment toute la France ;
Le Président Emmanuel MACRON maintient sa visite d’État en Côte d’Ivoire, malgré les contextes.
PARCE QUE la Côte d’Ivoire reste un pays essentiel pour la France, parmi les pays francophones et ex-colonies françaises. Ce pays, où sont rois depuis l’indépendance les soldats français du 43ème BIMA, représente l’un des principaux puits financiers qui aident la France à résister face à la crise économique qui gagne l’Europe. Et MACRON sait qu’il a à la tête de l’État ivoirien le meilleur ouvrier de la France, le rare économiste africain prêt à tout pour protéger les intérêts français en Côte d’Ivoire ou en Afrique, au détriment même des peuples noirs ; il s’est autoproclamé l’avocat mondial de la pérennisation du système du Franc CFA à travers la nouvelle monnaie annoncée : l’ECO.
LES AFRICAINS savent que pour que vive la France, politiquement et surtout économiquement, tout Président français est prêt à tout !
Ce qui n’est pas forcément le cas en France, où beaucoup au sein de la population font souvent preuve de naïveté vis-à-vis de leurs dirigeants politiques. Aussi, pour édifier cette partie du peuple français – ainsi que tous les observateurs de la vie sociopolitique de la France sous MACRON – ai-je choisi, en guise de cadeau de bienvenue en Côte d’Ivoire, de partager cette réflexion que m’a inspirée le récent incendie survenu à la Cathédrale Notre-Dame de Paris.

LA ‘’TRAGÉDIE DE NOTRE-DAME’’, qui s’est traduite par ce gigantesque incendie déclenché dès le début de la soirée du lundi 15 Avril 2019 dans la Cathédrale Notre-Dame de Paris, a suscité une grande émotion dans toute la France et dans le monde.
Toutefois, personnellement, cet événement m’a plutôt laissé pantois, dubitatif même et aussi interrogatif. Pour trois raisons. D’abord, c’est le contexte sociopolitique qui prévalait en France au moment où s’est déclenché cet incendie qui m’a interpelé. Ensuite, je réalise que pour ce pays qui traverse de profondes difficultés économiques – que le pouvoir se garde bien de révéler aux populations, mais qui l’oblige à s’accrocher au CFA ou l’ECO en Afrique –, l’incendie de Notre-Dame s’avère une aubaine pour MACRON de collecter des dons immenses venant du monde entier ; une belle manne financière tombée du ciel ! Enfin, je suis Noir, Africain et Ivoirien. J’ai donc suffisamment de raisons de me méfier des rapports que peut avoir tout dirigeant français avec l’église Catholique ; puisque dans le passé, la religion a bien été instrumentalisée pour permettre à cette France de se bâtir la réputation de la grande puissance dont elle se prévaut aujourd’hui.

En effet, l’on sait qu’au moment où se déclenche l’incendie mystérieux de Notre-Dame, la France est terriblement secouée par des Gilets jaunes, qui défient le pouvoir MACRON parce qu’il a augmenté le prix du carburant en France. La belle citée de Paris abritant Notre-Dame, est mise à feu ou en fumée et est paralysée tous les samedis, depuis le samedi 17 novembre 2018, où le gilet virtuel du conducteur présenté dans une voiture sur Facebook est devenu le symbole de ralliement d’une lutte sociale.
Depuis cette tentative de blocage de toute la France, la crise des Gilets jaunes gagne alors en violence, avec des actes de guérilla entre des casseurs infiltrés et les forces de l’ordre. Au mois d’Avril 2019, la crise des Gilets jaunes atteint son paroxysme, avec une mobilisation de plus en plus soutenue par une très large majorité des Français ; et un bilan humain inquiétant de onze (11) morts et 1407 blessés, selon les autorités, en fin décembre 2018.
Le Président MACRON est donc en grande difficulté. On réclame même sa démission.
Les fondements de la démocratie et du système républicain français est de plus en plus décrié et remis en cause par certains manifestants, qui demandent la dissolution du Parlement. D’autres parlent d’une révolution qui serait en gestation.
Les symboles de la République sont pris pour cibles par des assaillants ; le mythique Arc de Triomphe sera sérieusement saccagé et endommagé le 1er décembre 2018.
Toutes les françaises et tous les français attendent désormais que MACRON s’expriment. Le Président français se voit alors dans l’obligation de parler, enfin. Et comme par hasard, il choisit précisément le soir du fameux lundi 15 Avril 2019 : soit son discours libère tout le pays en mettant fin à la crise des Gilets jaunes ; soit il intensifie le conflit social, qui pourrait entrainer sa propre perte.

CEPENDANT, contre toutes attentes, à quelques heures de ce discours de tous les dangers, une tragédie nationale, voire mondiale, fera subitement la une, en boucle, de tous les grands médias français et occidentaux : un violent incendie s’est mystérieusement déclenché à la Cathédrale Notre-Dame de Paris.
Oh Seigneur ! Pourquoi Notre-Dame ?
En 2013, les Français ont célébré le 850ème anniversaire de la Cathédrale Notre-Dame de Paris. Elle est l’un des symboles religieux et patrimoniaux dont les Français sont si fiers ; elle est le monument le plus visité de France et d’Europe, et il figure parmi les plus visités au monde. Mais voilà que cet incendie vient détruire la quasi-totalité de la toiture couvrant la nef, le chœur et le transept. Sans épargner la flèche.
Toute la France est dès lors en émoi. Les yeux larmoyants des françaises et des français sont désormais détournés et orientés vers le ciel, où pointe, enflammé, ce qui reste de la fameuse flèche de Notre-Dame…
Et MACRON ne parla plus.
Et les Gilets jaunes se ramollirent…

Et si cet incendie était prémédité et bien planifié par l’Élysée?

DE PLUS, cette tragédie rapporte une fortune à la France de MACRON !
En effet, l’incendie de Notre-Dame de Paris est entrain de devenir le plus gros miracle financier du mandat du Président Emmanuel MACRON : une manne tombant du ciel !
Car, alors que l’État français peinait depuis plusieurs mois à payer la restauration de l’édifice, juste quelques deux heures après le déclenchement de l’incendie, des donateurs de tous ordres, des États, des entreprises, des fortunés à travers la planète ont commencé à annoncer des dons faramineux. Ainsi, pour un budget global du coût des réparations estimé entre 300 et 600 Millions d’euros, l’on annonce déjà le Milliards d’euros de dons.
A qui profitera donc ce ‘’crime’’ ?
Il est évident que Notre-Dame en profitera pour faire peau neuve. Mais aucune des revendications sociales des Gilets jaunes n’en sera satisfaite, même si finalement ce mouvement aura (peut-être) été à l’origine de ce fortuné incendie. Ni mêmes les retraités, notamment les vieux qui fréquentent le plus les églises en France, ne bénéficieront de la cagnotte.

Pour terminer, mes origines de bon Nègre me rappellent l’instrumentalisation que font parfois les dirigeants politiques de la religion, notamment de l’église Catholique, pour atteindre leurs fins. Je suis certes Chrétien, baptisé Catholique depuis le collège; toutefois, sachant le rôle joué par le clergé dans la colonisation de l’Afrique, je préfère plutôt renouveler chaque jour mon alliance personnelle avec le DIVIN, en évitant de tomber dans le fanatisme religieux et l’idolâtrie des édifices ou des religieux.
Sinon, l’édifice religieux des Catholiques, le plus grand au monde, est la Basilique Notre-Dame de la Paix ; qui a été bâtie dès 1986 dans mon pays la Côte d’Ivoire, à Yamoussoukro, et qui a été inaugurée par le Pape Jean-Paul II, le 10 septembre 1990.
Pourtant, mon pays demeure l’un les plus pauvres de la planète !

« JE PENSE DONC JE SUIS. » (René Descartes)

ROME, Italie, le 19 Décembre 2019

Dr BOGA Sako Gervais
Enseignant-Chercheur à l’Université
Ecrivain-Essayiste
Exilé politique depuis la crise 2010-2011