COTE D’IVOIRE : RÉACTION DE EDS APRÈS L’INTERDICTION DE SORO DE SORO DE RENTRER DANS SON PAYS

COMMUNIQUÉ DE EDS :

Suite à l’interdiction de l’Etat de Côte d’Ivoire à Soro Guillaume d’atterrir, Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) se prononce.

1. Après plusieurs mois d’absence du territoire national, le Premier Ministre Guillaume, par ailleurs président de Générations et Peuples Solidaires (GPSP), M. SORO Kigbafori Guillaume, a décidé de rentrer dans son pays, le lundi 23 décembre 2019.

2. C’est à ce moment que l’on apprend, avec étonnement, la saisine de la Justice, le vendredi 20 décembre 2019, par l’Agent judiciaire du Trésor à l’effet de poursuite contre M. Guillaume SORO, Président du GPS et ancien président de l’Assemblée Nationale, pour détournement de deniers publics et blanchiment de capitaux publics. Ce détournement dans lequel trois autres personnes du bord de M. SORO sont aussi citées, porterait sur 1,5 milliards de nos francs.

3. Le lundi 23 décembre 2019, jour d’atterrissage à Abidjan de l’avion transportant le Président Guillaume SORO, le Procureur de la République près le Tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau, M. Richard ADOU, décerne un mandat d’arrêt international contre le Président Guillaume SORO pour « atteinte à la sureté de l’Etat ».

4. Le Procureur de la République, au soutient de son mandat d’arrêt, indique que des enregistrements audio interceptés montrent que M. SORO prévoyait de déstabiliser le régime d’Abidjan.

5. L’avion de M. Guillaume SORO et son équipage ont été déroutés, le même lundi 23 décembre 2019 vers Accra, au Ghana, où ils ont atterri avant de redécoller pour l’Espagne.

6. Sur place à Abidjan, dans la matinée du lundi 23 décembre 2019, plusieurs dizaines d’éléments des forces de l’ordre ont envahi la résidence de M. SORO et ont empêché ses partisans de se rendre à l’aéroport d’Abidjan pour y accueillir leur leader.

7. Suite aux mouvements d’humeur et aux manifestations de protestation occasionnés par la violente répression des forces de l’ordre, quinze (15) partisans de M. SORO ont été interpellés dont deux (02) députés du Groupe parlementaire Rassemblement, MM. Alain-Michel LOBOGNO et SORO Kanigui Mamadou, en flagrante violation de leur immunité parlementaire.

8. Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté, au regard de tout ce qui précède, considère que toutes ces manœuvres orchestrées par le pouvoir ne visent qu’un seul but : Contraindre un citoyen ivoirien, de surcroit un responsable politique de premier plan à l’exil et l’empêcher de prendre part aux activités politiques de son pays

9. Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté dénonce et condamne fermement cette violation flagrante de la Constitution ivoirienne qui dispose en son article 22 que « Aucun Ivoirien ne peut être contraint à l’exil »

10. Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté condamne la répression subie par les partisans du président Guillaume SORO et exige la libération immédiate et sans condition des personnes interpellées dont les deux parlementaires couverts par l’immunité parlementaire.

11. Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté invite le Gouvernement à s’inscrire résolument dans la réconciliation nationale en créant les conditions de la décrispation qui passe par la libération des prisonniers politiques, le retour des exilés et la mise en œuvre des réformes institutionnelles et législatives qui garantissent des élections justes, ouvertes, équitables et démocratiques en 2020.

Fait à Abidjan, le 25 décembre 2019
Pour EDS
le Président :Pr George-Armand OUEGNIN