Nous sommes plus microbe qu’humain, mais ce n’est pas une mauvaise nouvelle