Alassane Ouattara candidat, «un coup d’État acté» par le Conseil constitutionnel ivoirien

Alassane Ouattara candidat, «un coup d’État acté» par le Conseil constitutionnel ivoirien

En Côte d’Ivoire, le Conseil constitutionnel a rendu son verdict: le président sortant Alassane Ouattara pourra briguer un nouveau mandat en octobre. Les candidatures de l’ex-chef d’État Laurent Gbagbo et de l’ancien président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro ont en revanche été rejetées.

Sur les 44 déclarations de candidature à l’élection présidentielle du 31 octobre reçues de la Commission électorale indépendante (CEI, la structure chargée d’organiser les élections), le Conseil constitutionnel en a finalement validé seulement quatre.

Les heureux élus, outre Alassane Ouattara, sont l’ancien Premier ministre (sous Laurent Gbagbo) Pascal Affi N’guessan, l’ancien Président Henri Konan Bédié et enfin l’ex-conseiller de ce dernier, le député Kouadio Konan Bertin (dissident du parti d’Henri Konan Bédié, qui se présente en indépendant).

Laurent Gbagbo et Guillaume Soro recalés

La grande majorité des 40 candidatures écartées par le Conseil constitutionnel l’a été pour nombre insuffisant de parrainages.

C’est le cas de l’ancien président de l’Assemblée nationale Mamadou Koulibaly qui n’a recueilli, selon l’institution, des parrainages que dans 15 régions sur les 17 requises, de l’ex-ministre des Affaires étrangères Marcel Amon-Tanoh (13 sur 17) ou encore de l’ex-ministre de l’Enseignement supérieur Albert Mabri Toikeusse (6 sur 17).

Cependant, pour ce qui concerne Laurent Gbagbo et Guillaume Soro, le rejet de leur candidature, justifiée essentiellement par leur radiation en août 2020 des listes électorales, intervient sans véritable surprise.

Pour le premier –actuellement en liberté conditionnelle en Belgique et dans l’attente d’un éventuel procès en appel devant la Cour pénale internationale (CPI)–, cette radiation fait suite à sa condamnation en 2018 à 20 ans de prison pour l’attaque de l’Agence nationale de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pendant la crise postélectorale.

Pour ce qui est du second, actuellement en exil en France, elle est consécutive à sa peine d’emprisonnement de 20 ans écopée pour recel de deniers publics détournés et blanchiment de capitaux. Tous deux ont été jugés et condamnés par contumace par la justice ivoirienne.

Les requêtes de l’opposition auprès du Conseil constitutionnel pour invalider la candidature d’Alassane Ouattara au motif que celle-ci viole la Constitution (l’opposition estimant que la loi fondamentale limite à deux le nombre de mandats) n’ayant pas abouti, le Président sortant pourra espérer rempiler pour un troisième mandat.

En Côte d’Ivoire @AOuattara_PRCI a rejeté 3 Arrêts du Conseil Constitutionnel successivement le 6 Octobre et 4 Décembre 2000 puis le 3 Décembre 2010.Étrangement en 2020,il demande aux Opposants de faire confiance au CC dirigé par son proche. @_PierrePinto)

Pour le parti au pouvoir, la nuance est toutefois de rigueur: il ne s’agirait en réalité, en cas d’élection, pas d’un troisième mandat pour Alassane Ouattara mais plutôt du «premier mandat de la troisième République», qui a débuté avec l’adoption de la nouvelle Constitution en 2016.

Dans une déclaration diffusée sur les réseaux sociaux, Guillaume Soro –qui a été l’un des grands artisans de l’accession au pouvoir d’Alassane Ouattara et un soutien indéfectible de sa réélection en 2015– a contesté la «décision injuste, infondée, inique, politiquement motivée, juridiquement boiteuse prise par le Conseil constitutionnel et qui s’inscrit dans une logique d’anéantissement de la démocratie et l’État de droit».

«Nous ne pouvons accepter ce coup d’État acté par le Conseil constitutionnel. Dans ces circonstances, j’annonce que nous engagerons une étape nouvelle de notre combat pour la démocratie dans notre pays. Elle sera âpre mais nous la gagnerons sans aucun doute», a promis l’ancien chef de la rébellion armée de 2002, actuellement sous le coup d’un mandat d’arrêt émis par la justice ivoirienne contre lui en décembre 2019 pour «insurrection civile et militaire».

Il n’est cependant pas le seul recalé à considérer le verdict du Conseil constitutionnel comme un «putsch». C’est également le cas de Mamadou Koulibaly qui estime que l’institution s’est«immolée par le droit pour Ouattara».

Les putsch civils sont toujours longs. Après la violation de la Constitution & la modification illégale du code électoral par une ordonnance, nous avons le Conseil Constitutionnel qui s’immole,par le droit,pour Ouattara. Mais cela n’entame point notre détermination pour la suite.1:19 AM · 15 sept. 2020
Du côté des candidats retenus, les réactions hostiles à la candidature d’Alassane Ouattara ne se sont pas fait attendre non plus. Pour Pascal Affi Nguessan, «le Conseil constitutionnel a raté une occasion historique de marquer son indépendance en acceptant la candidature du Président sortant, manifestement inéligible, et en refusant celles de Laurent Gbagbo et de Guillaume Soro, privés de leurs droits civiques pour de purs motifs d’opportunité politique».
Le Conseil Constitutionnel a raté aujourd’hui occasion historique de marquer son indépendance #CIV225 : en acceptant la candidature du pdt sortant, manifestement inéligible, en refusant celles du Pdt Gbagbo et de Guillaume Soro,
12:17 AM · 15 sept. 2020
 
Quant à Henri Konan Bédié, il dénonce, lui aussi, «la validation de la candidature inconstitutionnelle» d’Alassane Ouattara ainsi que «l’exclusion arbitraire et antidémocratique de leaders politiques majeurs» et appelle l’opposition à «demeurer en ordre de marche pour l’alternance démocratique en vue de la construction d’une Côte d’Ivoire réconciliée, unie et prospère».
 
«Les grands rassemblements tels que ceux qu’on a pu observer de 2002 à 2011 en Côte d’Ivoire ne sont a priori pas possibles aujourd’hui, mais il ne faut pas sous-estimer les risques de voir éclater de nouvelles violences à l’occasion de prochaines manifestations. Le pays demeure sur une mauvaise pente», a-t-il déclaré.
 

En 2010, plus de 3.000 personnes avaient péri lors des violences qui avaient éclaté après que le Président sortant, Laurent Gbagbo, reconnu vainqueur par le Conseil constitutionnel, et Alassane Ouattara, reconnu également comme tel par la Commission électorale indépendante, avaient chacun revendiqué la victoire à la présidentielle.

Mais pour 2020, nombreux sont les observateurs qui estiment que cette fois, la Côte d’Ivoire pourrait connaître une crise pré-électorale aux conséquences tout aussi dommageables.

 

Ivoire114l’AfriqueNouvelle.info avec Roland Klohi de Sputnik