Les contrats d’armements entre l’Afrique subsaharienne et la Russie n’ont pas tari malgré la pandémie

Les contrats d’armements entre l’Afrique subsaharienne et la Russie n’ont pas tari malgré la pandémie

Depuis début 2020, des pays d’Afrique subsaharienne ont signé pour plus de 1,4 milliard d’euros de contrats portant sur la livraison d’armes russes, fait savoir l’agence russe d’exportation d’armements.

En 2020 et 2021, la Russie a signé pour plus de 1,7 milliard de dollars (1,4 milliard d’euros) de contrats avec des pays d’Afrique subsaharienne, informe l’agence russe d’exportation d’armements Rosoboronexport dans un communiqué.

Selon le document, la Russie pourvoit dans la région des hélicoptères, des moyens de défense aérienne et navale, des véhicules blindés et des équipements pour les forces de l’ordre, ainsi que des armes à feu, notamment à vocation spéciale.

Une délégation de l’agence prendra part au salon international de la défense et de la sécurité Shield Africa 2021 qui se déroulera du 8 au 10 juin à d’Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Les contrats d’armements entre l’Afrique subsaharienne et la Russie n’ont pas tari malgré la pandémie

La partie russe compte y présenter les véhicules de transport de troupes BTR-80, 80A et 82A, les nouvelles versions du fusil d’assaut Kalachnikov AK-12, AK-15, AK-19 et AK-308 et des systèmes de missiles antichars.

Un volume d’exportations stable

Le carnet de commandes de Rosoboronexport couvre désormais 17 pays du centre, de l’ouest et du sud de l’Afrique, souligne l’agence.

Lors du salon international IDEX 2021 tenu à Abou Dhabi en février dernier, le PDG de l’agence Alexandre Mikheïev a déclaré que la moitié des exportations d’armes et équipements militaires russes étaient destinées aux pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.

D’après lui, au cours des cinq dernières années, le volume des exportations d’armes russes dans ces régions s’est maintenu au-dessus de la barre des six milliards de dollars par an (près de cinq milliards d’euros).

Principaux importateurs selon SIPRI

Selon les évaluations du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), l’Algérie est le principal importateur africain d’armes russes avec près de 4 millions de dollars (3,3 millions d’euros) dépensés de 2015 à 2019. Elle est suivie dans son classement par l’Égypte (2,3 millions d’euros) et l’Angola (410.000 euros).

Dans un entretien accordé à Sputnik en marge du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, le Premier ministre de la République centrafricaine Firmin Ngrebada a confirmé que son pays avait récemment reçu un lot d’armes russes, saluant le soutien apporté par Moscou au rétablissement de la paix dans son pays.

 

 

 

 

 

 

 

Par Dmitri Bassenko avec Ivoire114l’AfriqueNouvelle.info