Terrorisme au Burkina Faso: un massacre pour de l’or?

Terrorisme au Burkina Faso: un massacre pour de l’or?

Au Burkina se sont achevés lundi 7 juin les trois jours du deuil national décrété par le Président Kaboré après le massacre d’au moins 147 civils par des terroristes à Solhan (nord-est). Le but des assaillants aurait été de s’emparer de ce village assis sur une mine d’or, selon un défenseur des droits de l’homme contacté par Sputnik.

Dans leurs relations avec d’autres pays, les États-Unis suivent les pas de l’Union soviétique, a déclaré Vladimir Poutine lors d’une réunion avec les rédacteurs en chef d’agences de presse au Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF).

C’est une incursion meurtrière encore jamais orchestrée par les terroristes au Burkina Faso depuis le début des violences djihadistes en 2015. Dans la nuit du vendredi 4 au samedi 5 juin 2021, le village de Solhan, dans le nord-est du pays, a été le théâtre d’un massacre qui a fait 147 victimes, selon un dernier bilan officiel mais toujours provisoire.

«Les informations officielles font état de 147 morts. Mais nos sources sur le terrain parlent de 160 personnes tuées, hommes, femmes et enfants» indique au micro de Sputnik Inoussa Kafando, Directeur exécutif du Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique (CIFDHA) établi à Ouagadougou.

Un habitant du village de Solhan a raconté au journal Le Monde ce qu’il a vu le samedi matin en sortant de sa cachette: «L’odeur de suie s’est mêlée à celle du sang. Des maisons, des boutiques brûlées. Une centaine de blessés, allongés sur la terre rouge, le corps criblé de balles. Des femmes et des enfants ensanglantés».

«L’État responsable»

«Un acte ignoble», a condamné dans un tweet ce lundi le Président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, affirmant que «les auteurs [étaient] activement recherchés». Il a également invité la population burkinabée, à la solidarité contre «les forces du mal».

«La population de Solhan est totalement meurtrie. On apprend que les habitants sont en train de fuir la commune de Yagha à la recherche d’un refuge. La psychose dans la commune est totale», a ajouté Inoussa Kafando.

Pour lui, le gouvernement est entièrement responsable de ce qu’il s’est passé. «L’État a manqué à son obligation de protection et à son devoir de protéger le droit à la vie des Burkinabés contre les menaces extérieures par un défaut de maillage du territoire par les forces de défense et de sécurité».

«L’État doit mettre les moyens afin de couvrir tout le territoire avec des éléments des forces de défense et de sécurité (FDS), être aux côtés des populations et regagner la confiance de celle-ci. Il doit aussi donner les moyens aux FDS de mener à bien leurs missions de sécurité», poursuit-il.

Fermeture des sites aurifères artisanaux

Le village de Solhan, où s’est déroulé le massacre de la nuit du 4 au 5 juin 2021, se situe dans une zone où s’activent à la fois le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), affilié à Al-Qaïda* mais aussi l’État islamique au Grand Sahara (EIGS)* et d’autres bandes locales. C’est également une localité qui se trouve sur un site minier artisanal.

«Selon nos informations, les terroristes qui ont attaqué le village de Solhan financent leurs actions meurtrières par le trafic de l’or. L’objectif serait de créer la torpeur, d’éloigner les populations pour ensuite s’emparer du site d’orpaillage», commente Inoussa Kafando.

Selon un rapport de l’Observatoire économique et social du Burkina Faso publié en septembre 2020, les mines sont de plus en plus convoitées par les groupes terroristes afin de financer leurs activités. Ce dossier affirme par ailleurs que depuis 2016, les attaques successives contre les sites d’orpaillage au Burkina Faso leur ont permis de récolter plus de 70 milliards de francs CFA (130 millions de dollars).

Réagissant à cette attaque, le gouverneur de la région du Sahel, le colonel-major Salfo Baboré a annoncé dans un communiqué «la fermeture de tous les sites aurifères artisanaux» et la suspension de «toutes les activités liées à l’exploitation de l’or sur ces sites sur toute l’étendue des provinces d’Oudala et de Yaha» à compter du lundi 7 juin 2021 et jusqu’à nouvel ordre.

Quelques sites avaient déjà subi ce sort, dans cette même région du Burkina au début de cette année 2021.

Pour rappel, depuis plus d’une décennie, l’or est le premier produit d’exportation du Burkina Faso. En 2020, la production du pays, d’après les chiffres du ministère en charge des Mines et des carrières, a atteint 60 tonnes, soit dix de plus que l’année précédente.

Les recettes d’exportation ont aussi augmenté ces dernières années, passant de 1.294 milliards de francs CFA en 2018 (près de 2 milliards d’euros) à 1.420 milliards francs CFA en 2019 (près de 2,2 milliards d’euros) selon les statistiques gouvernementales.

 

Par Alphonse Logo avec Ivoire114l’AfriqueNouvelle.info