Moscou chiffre la part de l’Afrique dans ses exportations d’armes

Le Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique a listé les armes et matériel de guerre russes les plus demandés en Afrique. Selon lui, ce continent représente au moins 30% des exportations nationales dans ce domaine.

L’Afrique représente de 30 à 40% du volume total des exportations d’armes et de matériel de guerre russes, a déclaré ce mercredi 25 août Dmitri Chougaïev, directeur du Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS), lors du forum Armée 2021.

«Notre coopération militaire et technique avec les pays d’Afrique évolue de manière stable ces cinq dernières années. Le volume annuel des exportations militaires russes vers cette région représente en moyenne de 30 à 40% de nos exportations totales d’armes», a indiqué M.Chougaïev.

Les pays d’Afrique subsaharienne s’intéressent surtout aux hélicoptères Mil, tels que Mi-8/17 et Mi-24/35, aux avions Sukhoi et MiG, aux systèmes de défense antiaérienne Pantsir-S1 et Tor-M2E, ainsi qu’aux véhicules blindés comme le BTR-80 et aux chars T-72, T-90S, a-t-il précisé.

Les équipements militaires les plus demandés en Afrique

En Afrique du Nord, la demande porte surtout sur des armes légères (comme les fusils d’assaut Kalachnikov), les systèmes de défense sol-air, les équipements navals, les avions MiG, Sukhoi et Iliouchine et des systèmes de guerre électronique.

En 2018, lors d’un sommet des BRICS à Johannesbourg, la Russie a signé un mémorandum permettant d’intensifier sa coopération militaire et technique avec la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) qui réunit 16 pays membres. Les armées de plusieurs États de la SADC sont équipées de matériel russe et soviétique.

 

Par Irina Dmitrieva avec Ivoire114l’AfriqueNouvelle.info