Burkina Faso. La « tentative de coup d’État » inquiète, le président appelle à déposer les armes – Ivoire114l'AfriqueNouvelle

Burkina Faso. La « tentative de coup d’État » inquiète, le président appelle à déposer les armes

© OLYMPIA DE MAISMONT/AFP Le Burkina Faso, en proie à des violences et mutineries.

Les pays d’Afrique de l’Ouest surveillent de très près la situation au Burkina Faso, après les mutineries du dimanche 23 janvier et l’arrestation du président, ce lundi 24 janvier, par des soldats. Celui-ci a appelé au dialogue et invité ceux qui ont pris les armes à les déposer.

Les États d’Afrique de l’Ouest suivent « avec une grande préoccupation » l’évolution de la situation au Burkina Faso, « caractérisée » depuis dimanche 23 janvier « par une tentative de coup d’État », ont-ils indiqué lundi 24 janvier dans un communiqué.

La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) « tient les militaires responsables de l’intégrité physique du président (burkinabè) Roch Marc Christian Kaboré », dont des sources militaires ont affirmé qu’il avait été arrêté par des soldats mutins à Ouagadougou, selon ce communiqué.

Le président prône la sauvegarde des « acquis démocratiques »

Roch Marc Christian Kaboré, président du Burkina Faso, a invité, dans un message publié lundi sur son compte Twitter, « ceux qui ont pris les armes à les déposer » et prône « le dialogue et l’écoute ».

« Notre Nation vit des moments difficiles », est-il écrit sur le compte du président du Burkina Faso, qui n’est plus apparu en public depuis les fusillades survenues dimanche dans plusieurs casernes de l’armée.

« Nous devons en ce moment précis sauvegarder nos acquis démocratiques. J’invite ceux qui ont pris les armes à les déposer dans l’intérêt supérieur de la Nation. C’est par le dialogue et l’écoute que nous devons régler nos contradictions », poursuit ce message signé des initiales RK du président.

 

 

                                                                                                                                                                                                                                          Source : Ouest-Franceavec AFP et REUTERS.