Le Burkina suspendu de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest – Ivoire114l'AfriqueNouvelle

Le Burkina suspendu de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest

Le sommet virtuel aura duré trois heures. Trois heures à l’issue desquelles les chefs d’Etat de la Communauté des Etats ouest-africains (Cédéao) ont décidé de suspendre le Burkina Faso. Après le coup d’Etat militaire connu par le pays lundi, elle a exigé la libération du président renversé Roch Marc Christian Kaboré, placé en résidence surveillée, ainsi que des autres responsables arrêtés, a indiqué un participant à la rencontre sous couvert d’anonymat. Les chefs d’Etat se retrouveront le 3 février à Accra pour évaluer à nouveau la situation dans ce pays.

Le sommet virtuel a en outre décidé de l’envoi samedi à Ouagadougou d’une mission des chefs d’état-major des armées de la Cédéao, qui sera suivie lundi d’une mission ministérielle. Le sommet du 3 février à Accra, en présence des dirigeants de la région, étudiera le compte rendu de ces missions pour décider d’imposer ou non d’autres sanctions, comme il l’a fait pour le Mali et la Guinée où des militaires ont également pris le pouvoir.

Jeudi soir, dans sa première allocution depuis sa prise de pouvoir lundi, le nouvel homme fort du Burkina, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, avait déclaré à la télévision nationale que son pays avait «plus que jamais besoin de ses partenaires». Disant comprendre les «doutes légitimes» suscités par le coup d’Etat, il a assuré que le Burkina «continuera à respecter les engagements internationaux, notamment en ce qui concerne le respect des droits de l’homme», et précisé que l’indépendance de la justice serait aussi «assurée».

Le lieutenant-colonel Damiba s’est en outre engagé «au retour à une vie constitutionnelle normale», «lorsque les conditions seront réunies», sans préciser d’agenda. La télévision a cependant annoncé jeudi soir un allègement du couvre-feu mis en place lundi : initialement de 21 heures à 5 heures, il passe de minuit à 4 heures.

«Feuille de route»

La population reprochait notamment au président renversé, Roch Marc Christian Kaboré, de ne pas avoir réussi à endiguer la dégradation sécuritaire depuis 2015, notamment dans le nord et l’est du pays. Dans le sillage du Mali et du Niger, le Burkina Faso est pris dans une spirale de violences attribuées à des groupes armés jihadistes, affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique, qui ont fait plus de 2 000 morts et contraint au moins 1,5 million de personnes à fuir leurs foyers.

Depuis sa prise de pouvoir, Paul-Henri Sandaogo Damiba a consulté les ministres renversés ainsi que les syndicats. Aux anciens ministres, il a demandé de ne pas quitter le Burkina sans autorisation. Aux syndicats, il a promis de les consulter et de les impliquer dans la transition.

Dans son allocution télévisée, il a assuré vouloir associer toutes les «forces vives» de la nation pour «une feuille de route» en vue de redresser le Burkina Faso. Plusieurs organisations semblent enclines à travailler avec lui.

«Nous avons intérêt à ce que cette armée réussisse à stabiliser le pays», affirme l’association Sauvons le Burkina Faso qui réclamait ardemment la démission de Roch Marc Christian Kaboré. Plusieurs partis d’opposition au président renversé, dont le plus important, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) proche de Blaise Compaoré – ex-président chassé par la rue en 2014 après vingt-sept ans de pouvoir –, ont également marqué «leur disponibilité à apprécier la vision qui leur sera soumise» par la junte.

Roland Bayala, porte-parole de la Coalition des patriotes africains du Burkina Faso (COPA /BF) qui avait appelé à manifester contre le passage d’un convoi militaire français dans le pays en novembre, a demandé à la Cédéao «de faire attention à ses sanctions contre le peuple burkinabè» qui ne va pas «se laisser faire».

La question de l’avenir de Roch Marc Christian Kaboré devrait également se poser prochainement.

En résidence surveillée, il est en bonne santé selon plusieurs sources et a un médecin à sa disposition. Jeudi soir, le chef de la junte n’a pas prononcé son nom. Il a en revanche conclu son discours par une devise bien connue des Burkinabè, celle du pays sous l’ancien président Thomas Sankara : «la Patrie ou la mort, nous vaincrons».

Leader progressiste et icône panafricaine, Thomas Sankara a été tué en 1987 par un coup d’Etat fomenté par des proches, parmi lesquels Blaise Compaoré qui avait pris le pouvoir. Le procès de ses assassins, commencé en octobre 2021, mais mis en pause par le putsch, reprendra lundi.

 

                                                                                                                                                                                                                                                                          Source Liberation