Participons toutes et tous, chaque vendredi (à partir du 11 février 2022) à l’opération : « M. Alassane Dramane OUATTARA remettez le passeport du citoyen ivoirien Charles BLÉ GOUDÉ . » Par Tapé GROUBERA. – Ivoire114l'AfriqueNouvelle

Participons toutes et tous, chaque vendredi (à partir du 11 février 2022) à l’opération : « M. Alassane Dramane OUATTARA remettez le passeport du citoyen ivoirien Charles BLÉ GOUDÉ . » Par Tapé GROUBERA.

PARTICIPONS TOUTES ET TOUS, CHAQUE VENDREDI (À PARTIR DU 11 FÉVRIER 2022) À L’OPÉRATION : « M. ALASSANE DRAMANE OUATTARA REMETTEZ LE PASSEPORT DU CITOYEN IVOIRIEN CHARLES BLÉ GOUDÉ . »

1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION.

A/LA FRANCE ATTAQUA LA CÔTE D’IVOIRE SANS DÉCLARATION DE GUERRE.

Pour imposer M. Alassane Dramane OUATTARA à la tête de la Côte d’Ivoire, la France va utiliser tous les moyens pour parvenir à ses fins. En effet, en février 2011, la France, avec le concours des autres membres de l’union européenne, imposa un embargo des médicaments sur la Côte d’Ivoire, suivi de la fermeture unilatérale des banques dans ce pays. Cela fut possible parce que la France détenait (ou détient encore) 70% des banques en Côte d’Ivoire.

Ces mesures n’ayant pas infléchi les IVOIRIENS, c’est la méthode forte que la France utilisa. Ainsi, le 4 avril 2011, l’armée française attaqua celle de la Côte d’Ivoire pour appuyer la rébellion armée de M. Alassane Dramane OUATTARA. La résidence du président Laurent GBAGBO fut pilonnée. Et le 11 avril 2011, le président GBAGBO, son épouse Simone Ehivet Gbagbo, son fils Michel et des dizaines de femmes, enfants et hommes qui ont pu échapper à la mort, capturés par l’armée française à la résidence, puis remis à Alassane Dramane OUATTARA et sa rébellion armée. Le coup d’État était ainsi réalisé.

Et la terreur allait faire jour en Côte d’Ivoire par le nouveau régime imposé par la France, avec des exécutions extra-judiciaires. Ceux qui, en ces moments, eurent la chance furent conduits dans des lieux secrets et soumis à des traitements inhumains. Charles BLÉ GOUDÉ qui savait sa tête mise à prix, réussit à se réfugier au Ghana voisin.

B/ CHARLES BLÉ GOUDÉ KIDNAPPÉ AU GHANA.

Au Ghana, Charles BLÉ GOUDÉ dénonça le coup d’État, à travers des interviews. Mieux, il écrivit un livre portant le titre « Hold-up électoral ».
Le 17 janvier 2013, au matin, Charles BLÉ GOUDÉ fut kidnappé par des individus encagoulés. Ceux-ci le mirent dans le coffre de leur voiture, puis le livrèrent au régime de M. Alassane Dramane OUATTARA en Côte d’Ivoire. Là-bas, il fut détenu au secret pendant 14 mois (1 an 2 mois), en ayant pour compagnon un insecte (le cafard. Ne riez pas c’est la réalité).

Tout cela en violation des articles 21 et 22 de la Constitution d’alors (Loi 2000-513 du 1er août 2000) qui disposent :
Article 21: Nul ne peut être poursuivi, arrêté, gardé à vue ou inculpé, qu’en vertu d’une loi promulguée antérieurement aux faits qui lui sont reprochés.

Article 22: Nul ne peut être arbitrairement détenu.
Tout prévenu est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité ait été établie à la suite d’une procédure lui offrant les garanties indispensables à sa défense.

C/DÉPORTÉ À LA CPI ET ACQUITTÉ.

Le 22 mars 2014, M. Charles BLÉ GOUDÉ fut déporté à la Cour Pénale internationale (CPI), où il retrouva le président GBAGBO.
Le 11 mars 2015, les deux procès furent joints.

Et le 28 janvier 2016 s’ouvrit le procès qui dura 231 jours d’audience au cours desquels 82 témoins du Procureur défilèrent à la barre.
Le 15 janvier 2019,la Chambre de première instance, à la majorité, les acquitta de toutes les charges retenues contre eux. Deux plus tard, c’est-à-dire le 31 mars 2021, ils furent définitivement acquittés par la Cour d’appel de la CPI. Et ce jour-là, le président de la Chambre d’Appel dit dans son verdict ceci: La Chambre charge le Greffier de la CPI de prendre toutes les dispositions nécessaires pour le transfert en toute sécurité de MM. GBAGBO et BLÉ GOUDÉ vers un ou plusieurs États d’accueil. »

Vu que M. Charles BLÉ GOUDÉ fut déféré par l’État de Côte d’Ivoire, pour y être jugé en tant qu’IVOIRIEN. Et c’est avec ce titre qu’il fut acquitté, alors M. Charles BLÉ GOUDÉ ne demande qu’à regagner sa terre natale: la Côte d’Ivoire.

D/Charles BLÉ GOUDÉ ACQUITTÉ MAIS APATRIDE

Le 7 avril 2021, M. Alassane Dramane OUATTARA, chef de l’État de Côte d’Ivoire annonça ceci devant son gouvernement :
 » M. Le premier ministre, messieurs les membres du gouvernement, comme vous le savez, la CPI a rendu, le 31 mars dernier, sa décision sur l’appel du procureur relatif au procès de l’ex-président Laurent GBAGBO et Charles BLÉ GOUDÉ. Nous en prenons acte. (…).
Quant à messieurs Laurent GBAGBO et BLÉ GOUDÉ, ils sont libres de rentrer en Côte d’Ivoire, quand ils le souhaitent.

M. Charles BLÉ GOUDÉ a émis publiquement son vœux de renter en Côte d’Ivoire. Et mieux, il fit la demande d’un passeport ordinaire, en février 2021 pour être finalement enrôlé le 16 juillet de la même année à l’ambassade de Côte d’Ivoire en Hollande. Mais, cela fait à ce jour un an que M. Charles BLÉ GOUDÉ est toujours en attente de son passeport ordinaire dont le délai de délivrance est, normalement de 15 jours après validation par la police de l’air et des frontières en Côte d’Ivoire ».

Comment un passeport ordinaire qui est un droit pour tout citoyen IVOIRIEN car document administratif, peut être refusé à un citoyen sans un seul motif ? Il y a là violation de l’article13 (alinéa 2)de la Charte de la déclaration universelle des Droits de l’homme du 10 décembre 1948, que la Côte d’Ivoire a pourtant ratifié et qui dispose :
Article 13 (alinéa 2):

Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays .
D’autre part, cette situation injuste et anormale viole les DROITS ÉLÉMENTAIRES DU CITOYEN IVOIRIEN CHARLES BLÉ GOUDÉ. Pire elle fait de M. Charles BLÉ GOUDÉ un apatride, en violation de l’article 15 de la Charte de la déclaration universelle des Droits de l’homme du 10 décembre 1948, ratifiée par la Côte d’Ivoire et qui dispose :
Tout individu a droit à une nationalité.

2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer changer de nationalité.
Nous ne pouvons continuer de regarder cette injustice. C’est pourquoi nous vous proposons d’agir ensemble.

2. EN QUOI CONSISTE L’OPÉRATION ?

À partir de ce vendredi 11 février 2022, chacune/chacun doit montrer que M. Alassane Dramane OUATTARA viole les droits du citoyen Charles BLÉ GOUDÉ. Pour cela, il faut faire passer le message selon les possibilités de chaque personne ou groupe de personnes : manifester, faire des vidéos ou diffuser des spots avec le slogan: « M. Alassane Dramane OUATTARA, remettez le passeport du citoyen IVOIRIEN Charles BLÉ GOUDÉ « . La manifestation peut être passive, par exemple porter un tee-shirt ou une casquette, chaque vendredi, avec le slogan ci dessus, ou un message en rapport avec la situation etc. Chacun(e)est libre d’innover pourvu que le message passe.

Nous allons répéter notre action chaque vendredi jusqu’à ce que le citoyen IVOIRIEN Charles BLÉ GOUDÉ obtienne son passeport ordinaire.

Fait le 06/02/2022

Tapé GROUBERA, Président du Mouvement pour la Renaissance de l’Afrique (moraf).
Auteur du livre CES AFRICAINS ENNEMIS DES AFRICAINS.
Mail : moraf.afrique@gmail.com.