Christelle Néant – Rapport de situation hebdomadaire du Donbass et de l’Ukraine – Ivoire114l'AfriqueNouvelle

Christelle Néant – Rapport de situation hebdomadaire du Donbass et de l’Ukraine

Christelle Néant – Rapport de situation hebdomadaire du Donbass et de l’Ukraine

Pendant que le conflit russo-ukrainien se prolonge, Le Figaro déplore « l’union sacrée derrière Vladimir Poutine » ! S’attendaient-ils sûrement à ce que les Russes s’abreuvent de la propagande de guerre occidentale et abandonnent leur patriotisme tout comme la fierté que Vladimir Poutine en restaurant leur pays a considérablement renforcée pendant ces 20 dernières années ? Niet !

Aussi apprend-on que « Depuis le début de la guerre, les Occidentaux ont un rêve : que la population russe se soulève contre leur tyran Vladimir Poutine, celui qui met la région à feu et à sang, menace l’Europe et impose à ses compatriotes une vie d’isolement et de restrictions.

Mais les signaux qui viennent de Russie douchent, jour après jour, tous leurs espoirs de démocrates incapables de regarder le régime russe en dehors de leurs lunettes d’Occidentaux, teintées de bons sentiments et de rationalité cartésienne ». Pas de chance.

Pire, deux experts parlent (mais sous couvert d’anonymat) : « nous observons un tsunami de soutiens en faveur de Vladimir Poutine » ! En effet la côte de popularité de Vladimir Poutine, l’homme élu systématiquement dès le premier tour (2000 : 53 %, 2004 : 71 %, 2012 : 64 %, 2018 : 77 %), atteint aujourd’hui les 80 % d’après un récent sondage de l’institut indépendant Levada (cité et reconnu comme fiable par Le Figaro, c’est dire).

Comment expliquer ce qu’un journaliste français moyen ne peut comprendre ? Par la psychologie et le complotisme, bien sûr !

Ainsi nous explique-t-on que « l’auto-isolation de la Russie produit une sorte de syndrome de Stockholm. Les Russes se sentent obligés de soutenir leur président, devenu chef de guerre » et que « Les Russes refusent de croire que la Russie peut être responsable de crimes de guerre et de massacres comme à Boutcha ».

Quant à l’étonnant revirement de la journaliste Marina Ovsiannikova qui avait interrompu le journal télévisé le plus regardé du pays en brandissant une pancarte dénonçant la guerre et la propagande du régime, comment l’expliquer ? C’est simple, par un complotisme, autorisé celui-ci : « On ne peut pas exclure que Vladimir Poutine ait utilisé la journaliste, de gré ou de force, pour distraire l’attention de Marioupol. »

Revenons donc au sérieux avec le rapport de situation de Christelle Néant et espérons le retour de la paix au plus vite avec l’abandon des soldats ukrainiens qui jouent le tout pour le tout, engendrant la désolation et des morts de civils en grande quantité.

Il se dit que le 9 mai est une date que vise Vladimir Poutine pour la grande victoire. Espérons que le temps de la concorde et de la reconstruction advienne aussi vite.

ура ! (Hourra !)

 

E&R