Pourquoi la rencontre, BÉDIÉ et GBAGBO, aurait eu un vrai sens de la réconciliation en Août 2022 ? – Ivoire114l'AfriqueNouvelle

Pourquoi la rencontre, BÉDIÉ et GBAGBO, aurait eu un vrai sens de la réconciliation en Août 2022 ?

Par Tapé GROUBERA

INTRODUCTION

Il y a de cela une dizaine de jours, nous avions appris que le chef de l’Etat ivoirien, M. Alassane Dramane OUATTARA rencontrera ce 14 juillet 2022, à 17h GMT(19h de Bruxelles), ses prédécesseurs: les présidents Henri Konan BÉDIÉ et Laurent GBAGBO[1]. Cette rencontre dont beaucoup d’Ivoiriens espèrent qu’elle va réellement aboutir à une réelle réconciliation, pêche déjà, à la fois, par la date et le contexte socio-politique difficile. Nous en exposons les raisons.

1. POURQUOI UNE RENCONTRE LE 14 JUILLET ?

Le 14 juillet, est pour la France, une date symbolique. Elle célèbre chaque année la prise de la bastille, survenue le 14 juillet 1789. Donc en programmant la rencontre ce jeudi 14 juillet 2022, l’on ne peut s’empêcher de voir l’ombre de la France derrière.

D’autant plus que c’est la France qui a installé M. Alassane Dramane OUATTARA au pouvoir en Côte d’Ivoire en 2011 comme l’a affirmé l’ancien président français M. Nicolas Sarkozy, dans le livre de Nathalie Schuck et Frédéric GERSCHEL intitulé « Ça reste entre nous, hein ? M. Sarkozy, à la page 102, dit ceci : » Quand je vois le soin que j’ai mis à intervenir en Côte d’Ivoire… On a sorti Laurent GBAGBO, on a installé Alassane Ouattara, sans aucune polémique, sans rien . « 

Pour nous, MORAF, cette date porte à confusion, à défaut de dire qu’elle émanerait de M. Emmanuel MACRON, et partant des Occidentaux. On sait que ces derniers (les Occidentaux) veulent garder la Côte d’Ivoire dans leur giron (camp), dans la guerre qu’ils mènent contre la Russie du président Vladmir POUTINE.

Cela nous rappelle l’utilisation , en son temps, de l’ancien président Félix Houphouët-Boigny, à l’indépendance contre le président Ghanéen, panafricain Kwamé N’KRUMAH. Houphouêt-Boigny opta pour le camp occidental.

2. LE MOIS D’AOÛT 2022 NE SERAIT-IL PAS MIEUX ?

Officiellement, c’est le 7 août 1960 que la Côte d’Ivoire a obtenu son indépendance. Même si cette indépendance est formelle, elle est quand même symbolique. De plus, une rencontre des ces trois personnalités qui depuis une trentaine d’années, ont occupé la scène politique, n’est pas quotidienne. Elle devrait paraître historique.

C’est pourquoi, nous disons qu’à défaut du 7 août, le jour avant( 6 août) ou le jour suivant (8 août) aurait eu un sens très fort à la réconciliation dont tous les trois disent appeler de leurs vœux. Et les IVOIRIENS, et également les Africains pourraient croire, à un début d’une vraie réconciliation. Mais la date du 14 juillet 2022 pourrait être perçue comme étant guidée:
1) par des personnes extérieures, d’une part. 2) Et d’autre part, par la situation socio-politique (interne).

L’on pourrait ajouter également que cette rencontre a cette date tombe à point nommé pour M. Alassane Dramane OUATTARA et son régime qui, depuis le 10 juillet 2022, sont affaiblis par « l’affaire des 49 soldats ivoiriens » arrêtés au Mali le dimanche 10 juillet 2022 dernier.

3. LES 10 ET 19 JUILLET SERONT-ILS ÉVOQUÉS ?

Depuis le dimanche 10 juillet 2022 dernier, l’actualité nationale et internationale, est marquée par l’Affaire « des 49 soldats ivoiriens arrêtés à l’aéroport de Bamako (Mali).

Pendant que les autorités maliennes parlent de mercenaires qui ont violé leur territoire, et donc soumis à la justice du pays, les autorités ivoiriennes parlent « malentendus » et demandent que ces 49 de soldats soient libérés.

Mais après l’enquête de RFI (Radio France Internationale), les 49 soldats ivoiriens ne sont pas reconnus par l’ONU. Beaucoup d’Ivoiriens et d’africains veulent savoir la vérité dans cette affaire, après l’enquête de RFI. Et, à l’instar de beaucoup d’Ivoiriens, M. Alassane Dramane OUATTARA et son régime doivent également la vérité aux présidents BÉDIÉ et GBAGBO qui furent des anciens chefs d’ État en Côte d’Ivoire. Cela permettra aux IVOIRIENS d’avoir une conduite à tenir, et voir comment conserver avec les frères et sœurs du Mali, cette fraternité africaine séculaire.

Le deuxième problème est relatif à la charité de la vie qui a amené la société civile ivoirienne, à décréter une VILLE MORTE POUR LE MARDI 19 JUILLET 2022.
Au lieu de rencontrer les organisations de la société civile ivoirienne, notamment les organisateurs de cette journée, et échanger avec eux, M. Alassane Dramane OUATTARA et son régime cherchent plutôt, à justifier les augmentations des prix qui ne convainquent personne en invoquant la situation en Ukraine [4].

Or nous savons que l’augmentation des prix n’est pas lié à l’opération spéciale de la Russie en Ukraine (débuté le 25 février 2022) mais existe bien avant. D’ailleurs le magazine Jeune Afrique, dans sa parution du 21 juillet 2021 posait déjà la question : Côte d’Ivoire : que fait le gouvernement face à la vie chère ? [5]

CONCLUSION

Dans quelques heures, aura lieu la rencontre, au palais présidentiel d’Abidjan (Côte d’Ivoire), entre messieurs Alassane Dramane OUATTARA, Henri Konan BÉDIÉ et Laurent GBAGBO. Nous (moraf) aurions souhaité que cette rencontre se fasse plutôt en août 2022, c’est-à-dire dans deux semaines pour lui donner un caractère symbolique. Car la date du 14 juillet 2022 nous pose problème (et certainement à d’autres IVOIRIENS et AFRICAINS).

Car cette rencontre, à cette date fait penser à une feuille de route des mandants extérieurs occidentaux.
Comme fut la rencontre de réconciliation du 8 juillet 2022 de M. Blaise Compaoré (pourtant condamné par la justice de son pays), d’avec les actuelles autorités du Burkina Faso.

Car M. Alassane Dramane OUATTARA, le maître d’œuvre, a mis l’avion présidentiel ivoirien à la disposition de M. Blaise Compaoré.

Les présidents BÉDIÉ et GBAGBO, vont-ils, à cette rencontre, seulement parler de problèmes politiques (prisonniers politiques, retour des exilés, la réforme du code électoral, la cessation des poursuites judiciaires contre les membres de l’opposition, le financement des partis politiques, etc.)? Ou bien, évoqueront ils, également les questions de la cherté de la vie en Côte d’Ivoire et l’affaire des 49 soldats ivoiriens arrêtés au Mali ?

 

L’HISTOIRE EST LE TRIBUNAL DES PEUPLES.

Fait le 14 juillet 2022

Tapé GROUBERA,

President du Mouvement pour la Renaissance de l’Afrique (moraf).
Auteur du livre CES AFRICAINS ENNEMIS DES AFRICAINS.

Mail :moraf.afrique@gmail.com

RÉFÉRENCES

[1]
https://www.google.com/amp/s/www.voaafrique.com/amp/ouattara-rencontre-ses-pr%25C3%25A9d%25C3%25A9cesseurs-gbagbo-et-b%25C3%25A9di%25C3%25A9/6658262.html

[2]Nathalie SCHUCK et Frédéric GERSCHEL, Ca reste entre nous, hein ? Deux ans de confidences de Nicolas, Flammarion, 2014, 271pages.

[3]https://twitter.com/rfi/status/1547128699555762176?s=24&t=ziM916SQfCgwGguHp_jfVA

[4] https://www.gouv.ci/_actualite-article.php?recordID=9372
[5]https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://www.jeuneafrique.com/1206077/societe/cote-divoire-que-fait-le-gouvernement-face-a-la-vie-chere/&ved=2ahUKEwjZvomBpPj4AhXW0oUKHasXBi8QFnoECAsQAQ&usg=AOvVaw3E98R_6RF691jrWrZ51uJz