𝐀𝐃𝐎𝐏𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐃𝐄 𝐋𝐀 𝐏𝐎𝐋𝐘𝐆𝐀𝐌𝐈𝐄 𝐎𝐏𝐓𝐈𝐎𝐍𝐍𝐄𝐋𝐋𝐄 𝐄𝐍 𝐂Ô𝐓𝐄 𝐃’𝐈𝐕𝐎𝐈𝐑𝐄 : Félix 𝐁𝐚𝐳𝐚𝐦é   – Ivoire114l'AfriqueNouvelle

𝐀𝐃𝐎𝐏𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐃𝐄 𝐋𝐀 𝐏𝐎𝐋𝐘𝐆𝐀𝐌𝐈𝐄 𝐎𝐏𝐓𝐈𝐎𝐍𝐍𝐄𝐋𝐋𝐄 𝐄𝐍 𝐂Ô𝐓𝐄 𝐃’𝐈𝐕𝐎𝐈𝐑𝐄 : Félix 𝐁𝐚𝐳𝐚𝐦é  

Une proposition de loi relative au mariage qui tendrait à légaliser une polygamie dite ‘’optionnelle’’ en Côte d’Ivoire est au cœur des débats actuellement.

D’abord Qu’est-ce que la polygamie ?

La polygamie est une pratique sociale en vertu de laquelle une personne peut contracter deux ou plusieurs unions légitimes. Comme on le constate, ce mot concerne tant les hommes que les femmes car il renferme la polygynie et la polyandrie.

La polygynie est le cas dans lequel l’homme peut avoir deux ou plusieurs épouses.
La polyandrie, quant à elle, est le cas dans lequel la femme peut avoir deux ou plusieurs époux.

Au regard de l’article 4 de la constitution en son chapitre premier qui traite des droits et libertés : Tous les Ivoiriens naissent et demeurent libres et égaux en droit.
Nul ne peut être privilégié ou discriminé en raison de sa race, de son ethnie, de son clan, de sa tribu, de sa couleur de peau, ‘’de son sexe’’, de sa région, de son origine sociale, de sa religion ou croyance, de son opinion, de sa fortune, de sa différence de culture ou de langue, de sa situation sociale ou de son état physique oumental.

Limiter la polygamie aux seuls hommes reviendrait à privilégier l’homme sur la femme.
L’expression ‘’nul ne peut être privilégié ou discriminé en raison de son sexe’’ mise en évidence ici voudrait dire que les hommes et les femmes ont les mêmes droits, libertés et privilèges.

Par conséquent, si en vertu de la polygamie, qui est valable pour les deux sexes, l’homme pourrait épouser légalement deux ou plusieurs femmes, cela reviendrait à dire que la femme aurait également le droit d’épouser deux ou plusieurs hommes.

Et on assistera à l’explosion de cette pratique qui tendrait à aller contre nos traditions, nos mœurs, et même contre les valeurs constitutionnelles de notre pays, car la religion chrétienne n’admet pas la polygamie et la religion musulmane n’admet pas la polyandrie, deux religions majoritaires de ce pays.

La loi est faite de lettres et d’esprit.

Si la polygamie ne profitera qu’aux hommes, nul besoin de l’adopter au risque de violer une égalité établie par la constitution et les textes internationaux relatifs aux droits humains.

C’est un sujet sensible et complexe à ne pas prendre à la légère.

Félix 𝐁𝐚𝐳𝐚𝐦é, Étudiant en Master de Droit Public à l’université Félix Houphouet Boigny de Cocody.